Ces quelques dernières années, le fléau des femmes marginalisées est devenu un sujet sensible au niveau mondial. On pourrait penser que Projets ZOÉ se contente d’embarquer dans la tendance actuelle, mais c’est pourtant loin d’être le cas. Les femmes chrétiennes canadiennes ont toujours été actives auprès des plus vulnérables. Nous ne suivons pas le courant pour être « dans le coup » mais nous revenons plutôt à nos racines qui nous portent à agir… et nous nous tenons debout sur des épaules très solides! En voici juste quelques exemples:

Nellie McClung

Nellie McClung

Leader des « Célèbres cinq » (Apprenez-en advantage.), Nellie est née en Ontario en 1873 et a grandi au Manitoba.  Elle fut une femme passionnée dont l’objectif était, selon ses propres termes, « d’être une voix pour les sans voix et pour défendre les faibles ». Aussi difficile qu’il nous soit de le croire, en ce temps-là, aux yeux de la loi canadienne, les femmes n’avaient aucun droit légal en matière de vote, de finances, de propriété, des enfants et de recours légal face à tout abus conjugal. En fait, les femmes n’étaient pas classifiées comme des « personnes » selon la loi canadienne. Elle s’est impliquée dans le mouvement de la tempérance pour avoir vu des pères et des maris boire le revenu familial, laissant femme et enfants affamés. Au début des années 1900, McClung finit par obtenir que les femmes du Manitoba soient les premières au Canada à obtenir le droit de vote. Elle combattit ensuite « le Cas Personnes » jusqu’au Conseil privé en Angleterre… où les femmes furent finalement déclarées des « personnes ». Elle est reconnue comme ayant été l’activiste sociale la plus influente de l’histoire du Canada.

Coralee Haist

Miss Coralee Haist est née à Drumbo, Ontario en 1889.  En 1917, elle et sa sœur sont parties pour Hong Kong à bord de « L’Impératrice du Japon ». Arrivées là, elles débutèrent un formidable ministère dans une région habitée par des réfugiés dans de grands besoins sociaux. Pendant les 30 années qu’elle y a passées, elle y a établi deux écoles et une église. Cela ne fut cependant pas sans payer un lourd tribut personnel; elle souffrit d’isolement et combattit le paludisme et la variole. Ce ne fut pas une aventure facile.

Joy Smith

Joy Smith

Joy Smith est une politicienne canadienne actuelle qui est à la tête du plan d’action national canadien pour combattre la traite d’êtres humains. Elle se décrit comme « ordinaire » mais ne peut échapper au feu ardent qui la pousse à agir. Elle travaille à s’assurer que chaque homme, femme et enfant canadien est à l’abri de toute manipulation, force ou abus de pouvoir conçu pour les leurrer et les exploiter dans l’industrie du sexe ou les travaux forcés. Elle le fait en éduquant le public et en fournissant des fonds et du soutien à des organisations qui sont en première ligne pour secourir et réhabiliter les victimes.

Ce sont là nos aïeules… et il y aurait de nombreux autres exemples à partager!

Cet héritage de foi, de force, de compassion, de ressources et de détermination nous a été transmis…

Qu’en ferons-nous?

Comment