Viewing entries tagged
French

Comment

Les Haïtiens m’appellent « Manman boss »

Les Haïtiens m’appellent « Manman boss » La raison est probablement parce que je suis une passionnée des enfants et que je peux me débrouiller dans beaucoup de choses. Cette passion est en moi depuis que j’ai  9 ans. J’ai alors été touché par Dieu dans un moment de prière. Depuis ce jour j’ai ressenti un fardeau pour les enfants pauvres et mal-aimés. C’est 30 ans plus tard que j’ai pu vivre le plan de Dieu pour ma vie.

En 2013 je suis venu vivre à  Port-au-Prince avec ma famille.  Mon mari est pasteur et moi je suis intervenante en petite enfance et famille. Nous travaillons à la formation de jeunes leaders chrétiens. Nous avons à cœur de les aider à développer leurs dons et talents pour Dieu, afin qu’ils soient transformés et aient un impact sur leur pays. Je travaille aussi avec les enfants de l’église « La Forteresse. » J’ai l’occasion d’enseigner la bible aux 150 à 200 enfants de moins de 6 ans. J’aime les  cajoler, les consoler et  prier avec eux afin qu’ils reçoivent Jésus dans leur cœur et que Jésus soit leur meilleur ami.

J’ai également mis sur pied un projet qui s’appelle « Manman se la vi » Quelques après-midi par semaine, accompagné de Stéphanie, je visite les femmes enceintes et les nouvelles mamans à leur maison afin de les aider à s’épanouir dans leur nouveau rôle de mère. Mes projets pour la prochaine année sont d’engager un médecin, et d’offrir régulièrement des ateliers pour les parents sur tous les sujets qui touchent la maternité. Tout cela se fait en y intégrant la Parole de Dieu et en partageant l’amour de Jésus, c’est le but de notre mission.

Je dois toutefois vous dire que je n’avais jamais pensé pouvoir conduire un camion; surtout pas dans les rues de Port-au-Prince! Je n’avais pas non plus pensé arriver à réparer un robinet, ni à faire fonctionner une génératrice ou comprendre le fonctionnement d’un « inverter ». Que dire d’apprendre une autre langue, de marchander les légumes, ou d’accepter de vivre dans une autre culture, mais pourtant je l’ai fait!

 J’ai appris à faire des choses que je me pensais incapable! Avez-vous déjà vécu cette situation? Je me pensais incapable, mais parce que Dieu a mis sur mon cœur de faire des choses pour le peuple Haïtien, il m’a aussi donné la capacité de le faire. Est-ce facile? Non cela est très difficile! Mais est-ce que ça vaut la peine? Oui sans hésitation! La vie de tous les jours en tant que missionnaire est nécessairement une série d’aventures, mais j’aimerais vous encourager à croire que « Je puis tout par Christ qui me fortifie »  et à laisser Dieu vous prouver que vous pouvez faire plus que ce que vous pensez.

Dans quelques jours mes enfants vivront loin de moi au Canada. Cela est une réalité difficile, qui me pousse encore dans mes limites personnelles, mais encore une fois je crois que La grâce de Dieu sera avec nous puisque « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu »           Romains 8 :28

Vous vous demandez pourquoi je continue? Parce que mon cœur  brûle pour Haïti. Je veux que l’amour de Jésus touche pleins d’enfants comme « p’tit nounours », qui est orphelin, des Christelle, qui attendent d’être acceptées et aimées, des Sherbie au cœur serviable, ou des Mona une jeune femme avec un beau cœur malgré leur histoire plutôt triste, mais que pour Dieu ce sont des perles d’une grande valeur!

Brigitte,

Plus loin avec Jésus, Plus haut grâce à Dieu!

Comment

Comment

Je ne suis pas une avocate des droits de la femme… Je prêche l’évangile! Pensées de Dorcas en Zambie

Dorcas et Leanne – Je suis en train de prendre une vidéo avec mon iPhone

Dorcas et Leanne

Avez-vous déjà rencontre quelqu’un qui est devenu à l’instant même (pour citer Anne aux pignons verts) une amie de cœur?

Cela m’est arrivé récemment en Zambie. Des amis canadiens, John et Ruth Kerr, m’ont présentée à Dorcas en me disant :  Il faut absolument que tu la rencontres!

Dorcas et moi nous sommes assises sous un arbre et avons parlé, réalisant très vite que nous avions beaucoup en commun : nous étions toutes les deux des femmes en position de leadership, des épouses et des mamans, faisant de notre mieux pour maintenir notre équilibre à travers tout cela. Dorcas est mariée et mère de quatre enfants, mais elle élève aussi la fille de sa sœur… ce qui est très courant dans le sud de l’Afrique.

Dorcas a fait preuve de sens du leadership tôt dans sa vie. Elle n’a pas eu peur de parler haut et fort en allant à contre-courant. Jeune fille, sa mère lui disait de « garder ses paroles dans son cœur », autrement dit, « Ne sois pas si obstinée dans tes opinions ». Bien qu’elle ait été excellente en tant que jeune femme comme administratrice, elle se sentait appelée à diriger une église. Elle remettait toujours cet appel à plus tard pour diverses raisons : manque de ressources, manque de confiance en soi et manque de modèles à suivre. Il y a environ trois ans, elle ne pouvait plus tenir et s’inscrivit donc au Trans Africa Theological College. Elle étudie maintenant en troisième année et doit obtenir son diplôme en juillet 2016.

Son rôle de leader n’attend cependant pas qu’elle ait reçu son diplôme. Elle le remplit en ce moment même. Elle dirige un ministère des femmes dans la ceinture du cuivre à Kitwe en Zambie mais d’une façon bien différente. Elle raconte que les femmes zambiennes se contentent souvent de rester dans l’ombre et de servir en coulisse. Elle rencontre des femmes fortes et douées qui se retiennent ou continuent de subir des relations abusives, sans comprendre qu’elles méritent mieux. Selon Dorcas, c’est parce que les Zambiennes ne comprennent pas leur valeur. Dorcas les appelle à s’élever à des niveaux plus importants d’influence… en les aidant à découvrir qui elles sont. Cela est inspirant.

Dorcas a dit une chose que j’ai trouvée fort intéressante. Elle a dit : « Je ne suis pas une avocate des droits de la femme… Je prêche l’évangile… et l’évangile est un évangile de JUSTICE!  Nous sommes bien d’accord là-dessus.

Comment

Comment

5 façons d’inspirer votre assemblée à passer à l’action

Vous arrive-t-il de lire le blogue de ZOÉ et de vous dire : « Tous ces besoins me touchenttant… mais qu’est-ce que je fais? »

Voici quelques idées :

1.

N’ayez pas peur d’être touchée dans votre cœur

L’action commence toujours par le cœur… au moment où vous vous dites en vous-même : « Quelqu’un doit faire quelque chose ». Nous croyons que c’est ainsi que Dieu fait naître les choses. Alors soyez émue. Puis partagez cette émotion avec d’autres. Quand quelqu’un porte en lui un profond fardeau pour les plus vulnérables, cela tend à être contagieux.

2. Contribuez à une prise de conscience et partagez ce que vous découvrez avec les autres

Devenez la personne la mieux informée sur ce sujet, là où vous vous trouvez. Lisez le blogue ZOÉ et suivez nos liens vers d’excellentes ressources. Vous y trouverez des feuilles de projet et d’autres documents imprimables ainsi que des vidéos que vous pourrez utiliser. Partagez ce que vous apprenez avec les autres : vos filles et vos fils, vos amies, votre mari, votre mère. Donner l’exemple est une formidable façon d’inciter votre entourage à agir.

3. Faites quelque chose… aussi modeste que ce soit

Réunissez votre entourage! Soyez créative… le ciel est la limite! Voici quelques exemples :

  • Organisez un repas-bénéfice – un souper-partage où chaque femme contribuera en offrant le prix de son repas si elle l’avait pris au restaurant. Lors de ce dîner, partagez le témoignage des projets ZOÉ en utilisant la vidéo ZOÉ et une feuille de projet spécifique.Encouragez les femmes à faire un don supérieur au prix d’un repas au restaurant.
  • Organisez une soirée à thème qui reflète la culture du projet en question.
  • Est-ce votre anniversaire? Au lieu de recevoir d’autres cadeaux superflus dont vous n’aurez pas vraiment besoin, demandez à vos amis de donner pour des femmes vulnérables au moyen des projets ZOÉ.
  • Organisez une vente aux enchères, un BBQ, un lave-auto, une vente de garage, etc.
  • Si vous êtes étudiante, demandez à parler de ZOÉ à votre classe ou dans le contexte du café de l’école.
  • Faites de ZOÉ une initiative de votre groupe de femmes dans votre église ou lors d’une conférence pour aider des femmes.

Si vous voulez que votre assemblée passe ainsi à l’action à vos côtés, réunissez-les et partagez ce qui est sur votre cœur. Les gens aspirent profondément à faire partie de quelque chose de plus grand qu’eux.

4. Utilisez les médias sociaux

Les médias sociaux sont un formidable moyen d’interpeler et d’informer les gens… en particulier la multitude des – 25 ans. Suivez ZOÉ sur Twitter (@ZOEProjects). Cliquez sur « J’aime » sur la page Facebook de ZOÉ et invitez votre réseau à faire de même. Abonnez-vous au blogue de ZOÉ et faites suivre ce que vous y trouvez intéressant et qui porte à relever le défi.

5.  Mettez votre assemblée au défi

La passion est souvent de courte durée. Il est facile de cliquer sur « J’aime » sur Facebook mais « faire quelque chose » est une autre affaire… Donnez donc aux gens des occasions concrètes de s’impliquer. Si vous le faites, ils seront bien plus enclins à se joindre à vous pour passer à l’action. Fixez des objectifs, financiers et autres, puis célébrez quand ils sont atteints!

Alors, qu’en pensez-vous? Si vous pensez à d’autres moyens d’inspirer votre entourage à passer à l’action, partagez vos commentaires dans la section ci-dessous!

Comment

Comment

Sur les épaules de qui vous tenez-vous?

Ces quelques dernières années, le fléau des femmes marginalisées est devenu un sujet sensible au niveau mondial. On pourrait penser que Projets ZOÉ se contente d’embarquer dans la tendance actuelle, mais c’est pourtant loin d’être le cas. Les femmes chrétiennes canadiennes ont toujours été actives auprès des plus vulnérables. Nous ne suivons pas le courant pour être « dans le coup » mais nous revenons plutôt à nos racines qui nous portent à agir… et nous nous tenons debout sur des épaules très solides! En voici juste quelques exemples:

Nellie McClung

Nellie McClung

Leader des « Célèbres cinq » (Apprenez-en advantage.), Nellie est née en Ontario en 1873 et a grandi au Manitoba.  Elle fut une femme passionnée dont l’objectif était, selon ses propres termes, « d’être une voix pour les sans voix et pour défendre les faibles ». Aussi difficile qu’il nous soit de le croire, en ce temps-là, aux yeux de la loi canadienne, les femmes n’avaient aucun droit légal en matière de vote, de finances, de propriété, des enfants et de recours légal face à tout abus conjugal. En fait, les femmes n’étaient pas classifiées comme des « personnes » selon la loi canadienne. Elle s’est impliquée dans le mouvement de la tempérance pour avoir vu des pères et des maris boire le revenu familial, laissant femme et enfants affamés. Au début des années 1900, McClung finit par obtenir que les femmes du Manitoba soient les premières au Canada à obtenir le droit de vote. Elle combattit ensuite « le Cas Personnes » jusqu’au Conseil privé en Angleterre… où les femmes furent finalement déclarées des « personnes ». Elle est reconnue comme ayant été l’activiste sociale la plus influente de l’histoire du Canada.

Coralee Haist

Miss Coralee Haist est née à Drumbo, Ontario en 1889.  En 1917, elle et sa sœur sont parties pour Hong Kong à bord de « L’Impératrice du Japon ». Arrivées là, elles débutèrent un formidable ministère dans une région habitée par des réfugiés dans de grands besoins sociaux. Pendant les 30 années qu’elle y a passées, elle y a établi deux écoles et une église. Cela ne fut cependant pas sans payer un lourd tribut personnel; elle souffrit d’isolement et combattit le paludisme et la variole. Ce ne fut pas une aventure facile.

Joy Smith

Joy Smith

Joy Smith est une politicienne canadienne actuelle qui est à la tête du plan d’action national canadien pour combattre la traite d’êtres humains. Elle se décrit comme « ordinaire » mais ne peut échapper au feu ardent qui la pousse à agir. Elle travaille à s’assurer que chaque homme, femme et enfant canadien est à l’abri de toute manipulation, force ou abus de pouvoir conçu pour les leurrer et les exploiter dans l’industrie du sexe ou les travaux forcés. Elle le fait en éduquant le public et en fournissant des fonds et du soutien à des organisations qui sont en première ligne pour secourir et réhabiliter les victimes.

Ce sont là nos aïeules… et il y aurait de nombreux autres exemples à partager!

Cet héritage de foi, de force, de compassion, de ressources et de détermination nous a été transmis…

Qu’en ferons-nous?

Comment

Comment

Les 4 façons dont les tampons hygiéniques peuvent changer une vie

Les 4 façons dont les tampons hygiéniques peuvent changer une vie

Vraiment?

Changer une vie? Des tampons hygiéniques?

Au Canada, la protection périodique est assez facile.

Quand on n’a plus de tampons, il suffit d’aller chez Pharmaprix ou Jean Coutu pour se procurer ce que l’on veut. C’est on ne peut plus simple. (N’êtes-vous pas heureuse que ces magasins se ressemblent tous où que vous vous trouviez au pays?)

Hélas, bien des filles et des femmes à travers le monde n’ont pas accès à une telle protection… et les conséquences sont étonnamment sérieuses. Beaucoup d’entre elles sont obligées de manquer l’école faute de ressources pour assurer leur hygiène personnelle, si bien qu’elles sont privées d’instruction. Ce « petit » problème peut déterminer l’avenir de ces filles.

Voici quatre façons dont les tampons hygiéniques peuvent changer une vie.

  • Les filles âgées de 12 à 15 ans peuvent aller à l’école et recevoir une éducation. Les statistiques des Nations Unies indiquent qu’avec une telle protection périodique, la fréquentation de l’école augmente de 75 %.
  • De ce fait, les filles se marient plus tard et attendent donc avant d’avoir des enfants. Leurs enfants tendent à être en meilleure santé.
  • Avec une instruction, les filles ont plus d’options de carrière et peuvent prétendre à un salaire en moyenne plus élevé de 25 %.
  • Avec un travail stable, ces filles expérimentent une certaine indépendance et des relations plus saines.

N’est-ce pas insensé?

Fort heureusement, des gens à travers le monde ont pris conscience de ce problème et se sont fait un point d’honneur de le résoudre.

Nous sommes heureux d’être partenaires de Transformation Textiles.  Transformation Textiles fabrique et distribue des sous-vêtements et des tampons hygiéniques réutilisables pour les jeunes femmes d’Afrique… et nous aimerions les aider.

Mais comment pouvez-vous aider?

Il nous tardait que vous posiez la question.

  • Financez une trousse de dignité (ou deux ou dix ou cent… on a le droit de rêver en grand, non?)!  

Une trousse de dignité fournie par Transformation Textiles inclut 2 paires de sous-vêtements, 2 protections étanches, 6 tampons réutilisables, un seau, du savon, un sac à cordon et un livret pour jeune fille sur l’utilisation de la trousse… le tout pour 10 $.

Comment

Comment

Tourisme sexuel et juste colère

Darcy et moi allions récemment de Manille à Bangkok quand je vis une scène familière qui déclenche toujours en moi une grande colère. Tout commença quand je vis un groupe de gens devant nous qui attendaient dans la file d’embarquement. Ils riaient beaucoup en prenant leurs « selfies » et semblaient être un groupe bien ordinaire qui avait bien apprécié ses vacances. Mais en y regardant de plus près, c’était loin d’être le cas.

Il s’agissait de quatre hommes d’un certain âge qui n’étaient certainement pas du coin. Je m’excuse d’avance pour la description qui suit (ma colère va paraître…), mais ces hommes étaient vieux, gros, gras et vulgaires. Du genre à être incapables de trouver une femme qui veuille sortir avec eux en Amérique du Nord — et donc à se rendre en Thaïlande.

Ils étaient accompagnés de deux belles jeunes femmes thaïlandaises. Si quelqu’un pouvait supposer qu’ils étaient simplement « en vacances » ensemble, il est à peu près certain qu’il y avait eu quelque sorte de « transaction » leur assurant les services de ces femmes. Pour parler clairement, ces femmes leur avaient été louées… et une telle scène est très fréquente en Asie. Les services de ces femmes sont loués à la journée, à la semaine ou même au mois. J’ai résisté à la tentation de prendre ces hommes à part pour les informer que ces femmes ne s’intéressaient certainement pas à eux…

Bien que cela soit généralement déconseillé, j’ai défoulé ma colère sur Facebook où j’ai écrit :

Les touristes sexuels me mettent dans une colère TERRIBLE.

Beaucoup réagirent dès les instants qui suivirent pour y ajouter leur “amen”.

J’ai alors reçu un message très intéressant de Sandra McIntosh, directrice de l’École des missions Impact à Bangkok. 

Cliquez ici pour en savoir plus.

Voici ce qu’elle m’a dit :

Sandra McIntosh

Bonjour Leanne – je te comprends. Il m’a fallu longtemps pour voir au-delà de cette apparence ignoble pour découvrir des hommes brisés au point de devenir des touristes sexuels. Cela m’a si longtemps mise en colère, mais un de mes amis est directeur du Projet MST à Bangkok qui vient en aide aux hommes. 

Il m’a ouvert les yeux sur l’autre côté des choses – très choquant – concernant la dépendance de la pornographie, l’abus, les relations brisées, la solitude, le rejet et tant d’autres. Avec le temps (beaucoup de temps), j’ai fini par voir la colère remplacée par la même tristesse que j’éprouve pour les femmes. L’esclavage prend bien des visages. J’espère que le Seigneur suscitera des hommes vrais en tout lieu pour aller vers ceux qui sont brisés en tout lieu.

Wow! L’esclavage prend bien des visages… Si je crois que ma juste colère et mon désir de justice sont une expression du cœur de Dieu, cela m’a rappelé que les choses sont compliquées. Très compliquées. Mais que Dieu désire amener la vérité, la justice et la liberté à TOUS, hommes et femmes, quelle que soit la nature de leur esclavage.

C’est ce qui nous motive à Projets ZOÉ. Krista Couts est une de nos partenaires de projet ZOÉ.

Krista est une ouvrière international APDC qui vit à Bangkok.

Elle œuvre avec une organisation appelée NightLight International qui tend la main aux femmes prises au piège de l’industrie du sexe par des initiatives régulières menées dans des bars et dans les rues, Krista établit des relations avec des femmes semblables à celles que j’ai croisées à l’aéroport de Manille… et je suis heureuse que Krista puisse ainsi les amener à la vérité!

Considérez la possibilité de soutenir Krista par le biais de Projets ZOÉ… cela en vaut la peine.

Comment

Comment

Le saviez-vous? ZOÉ est bilingue.

Le saviez-vous? ZOÉ est bilingue.

Le Canada est fier d’être bilingue… et dès le début, Projets ZOÉ a rêvé d’être bilingue car notre mandat est de connecter TOUTES les Canadiennes avec l’œuvre qu’accomplissent les partenaires de ZOÉ auprès de femmes vulnérables à travers le monde. Nous exprimer en français nous y aide… Aujourd’hui, nous lançons le site web de ZOÉ en français… et cela nous comble de joie!

Anne Yank

Je veux vous présenter une de nos formidables ambassadrices ZOÉ au Québec. Son nom est Anne Yank et elle a œuvré auprès d’hommes et de femmes au Québec dans divers rôles depuis 25 ans. Elle a servi comme leader du ministère de la femme sur le plan local, comme enseignante, dans l’intercession et comme pasteure. Elle dirige actuellement les femmes du district du Québec des APDC. Elle est un formidable leader avec la vision de voir les femmes du Québec marcher selon leur identité en Christ, utilisant leur potentiel pour voir avancer le Royaume de Dieu.

Les femmes du district du Québec sont impliquées dans les missions depuis longtemps. Elles ont investi ensemble dans la vie de jeunes leaders de notre école biblique francophone. Elles ont également soutenu Rév. Joy Johnston qui sert au Centre Transformation des missions en Ouganda. Anne est très excitée et reconnaissante que ZOÉ soit bilingue car comme elle le dit elle-même :

« Nous aurons désormais l’opportunité d’être mieux informées du travail accompli par nos ouvriers internationaux ».

Elle souligne aussi le fait que cela envoie clairement aux femmes du Québec le message que

« nous voulons vous inclure dans ce que nous faisons, et nous apprécierions votre implication et votre soutien dans cette mission ».

Nous avons demandé à Anne d’adresser un message à nos lectrices francophones… et voici ce qu’elle a à dire :

À toutes les femmes de vision du Québec : Je vous invite à visiter le site web http://www.zoeprojects.org/ afin de faire connaissance avec des femmes extraordinaires qui œuvrent aux quatre coins du monde, par amour pour Christ pour faire une différence, auprès de ceux qui ont de grands besoins. Tout en lisant  leurs témoignages, laissez le Seigneur toucher vos cœurs,  et demandez à Dieu de vous guider pour le choix de projets missionnaires inspirants. N’hésitez pas à communiquer avec moi avec vos questions concernant les projets Zoé.

Nous vivons des jours excitants!

Nous voulons remercier tout particulièrement (et vous présenter) le Réseau national des femmes des APDC qui a investi financièrement dans la traduction en français du site de Projets ZOÉ. C’est un formidable réseau de leaders à travers le pays et c’est un privilège que d’être connectée avec elles.

Comment

Comment

Have you Heard? ZOE is Bilingual!

Canada is proudly bilingual...and from the beginning ZOE Projects has dreamed of being bilingual because our mandate is to connect ALL Canadians with the work that ZOE Partners are doing with vulnerable women world-wide.  Speaking french helps us to do this... Today we launch the ZOE website in French...and we couldn't be more excited!

Anne Yank

I want to introduce to you one of our amazing ZOE advocates from Quebec.  Her name is Anne Yank and she has been leading women and men in Quebec in various capacities for the last 25 years.  She has served as a local women's ministry leader, teacher, intercessor, and pastor.  She currently leads the women of the PAOC Quebec district.  She is a great leader, with a vision to see the women of Quebec walk in their identity in Christ, and use their potential to advance the kingdom of God.

The women of the Quebec district have a long and deep history in Missions.   Together they have invested in young leaders from our French Bible College.  They have also supported Rev. Joy Johnston who serves at the Missions Transformation Centre in Uganda.  Anne is very excited and grateful that ZOE is bilingual because in her words, "we will now have the opportunity to be better informed concerning the work of our Global Workers".  She also points out that a bilingual ZOE Projectsclearly says to the women of Quebec "we want to include you in what we do, and we would appreciate your involvement and your support in this mission."

We asked Anne to send a message to our French speakers...and here is what she said: 

À toutes les femmes de vision du Québec : Je vous invite à visiter le site web http://www.zoeprojects.org/ afin de faire connaissance avec des femmes extraordinaires qui œuvrent aux quatre coins du monde, par amour pour Christ pour faire une différence, auprès de ceux qui ont de grands besoins. Tout en lisantleurs témoignages, laissez le Seigneur toucher vos cœurs,  et demandez à Dieu de vous guider pour le choix de projets missionnaires inspirants. N’hésitez pas à communiquer avec moi avec vos questions concernant les projets Zoé.

It is an exciting day!

We want to say a special thanks (and introduce you) to the PAOC National Women’s Network for investing financially in the French translation of the Zoe projects website. There is an amazing network of leaders growing across the nation and it is great to be connected with them.

Lori Patrick - PAOC Alberta and NWT

Jo-Ann Porterfield - PAOC Manitoba and NW Ontario

http://www.paoc.net/ministries/women 

Wendy Burton - PAOC Eastern Ontario

Comment